mercredi 28 mai 2014

Civette sait faire un bon café

Le tigre et le singe, ici on connaît pas.

Dans l'année calendaire de The Empty Bottle je décrète que 2014 est dorénavant sous le signe de la civette (elle s’invite déjà dans 2 de mes posts). Il se devait d’y en avoir un troisième, que voici.

Pour la parfumerie, la nature nous comble de ses innombrables ressources végétales. Prenez l’oranger (Citrus sinensis) par exemple; on utilise ses feuilles tendres (le petitgrain),  ses fleurs (en absolu, eaux de brout, eau de fleur d’oranger et en huile essentielle) et l’écorce de ses fruits.

Dans le monde animal, il est une bestiole pleine de qualités et de surprises cachées: madame civette.

Celle qui vit en Ethiopie fait le bonheur des parfumeurs, et sa cousine Indonésienne fait la joie des amateurs de cafés.
Quoi? A l’instar des parfums rares et exclusifs, il existe un café insolite et hors de prix. Son procédé de fabrication et son « cheminement » en font un produit naturel des plus extraordinaires. On l’appelle le Kopi Luwak (kopi pour café et Luwak pour civette).

Qui? Des civettes locales très gourmandes en baies de cafés bien mûres (les plus goûteuses) s’empiffrent la nuit venue de la future récolte des producteurs de café locaux, comme si c’était des M&M’s.
Ayant fait des ravages dans les cultures de caféiers les agriculteurs indonésiens prirent le problème à l’envers quand ils découvrirent que cette civette-là pouvait devenir une poule aux œufs d’or. Plutôt que de chasser l’intruse, ils lui offrirent sur un plateau ce qu’elles venaient leur dérober. Un pacte était donc né entre l’homme et la bête. Un pacte lucratif au profit de l’homme, s’en dit.

Comment? Le café Kopi luwak n’a rien à voir avec le foie gras. A l’inverse du gavage hard core des oies pour la préparation du foie gras, la civette est consentante. Elle survit à l’opération puisqu’elle ne sert que de « transit » entre la cerise de café fraîche et le rendu final. Les sucs gastriques de son appareil digestif rongent la pulpe et la chair du fruit mais n’attaquent pas le noyau. Ce dernier s’imprègne alors d’un arôme unique. Il est ensuite expulsé par voie naturelle.
Les grains ainsi récoltés sont triés à la main, nettoyés et ensuite torréfiés. Ils sont prêts à être emballer puis consommer par des esthètes fortunés amateurs de grands crus.

(Je n’explique pas comment une grappe de grains de café prédigérés par une civette s’est retrouvée dans la tasse de quelque qu’un qui a trouvé ça formidable. Mais bon.)

Si vous voulez déguster ce nectar il faudra débourser au moins 70 € pour 100grs. Accompagné d’un nuage de lait et d’un macaron je suis sûr que c’est une expérience gustative mémorable. What else ?

Un conseil; ne remplacez pas les croquettes de Tigrou par des grains d’arabica, il vous a vu venir, il n'est pas dupe.

9 commentaires:

  1. Ile st possible de déguster ce café au Café Verlet à Paris, la tasse n'est pas donnée mais c'est du velours. Sympa de parler de ce genre d'expérience ! Merci à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci Thierry pour l'info :)
      C'est noté.
      Ca sera dans ma liste des choses à faire quand je repasse sur Paris.

      Supprimer
  2. Haha. La crotte est en passe de devenir l'or noir – si j'ose dire – du monde culinaro-olfactif. Un autre café sud américain, hors de prix, passe pour sa part dans les intestins du lama. Et voici une autre surprise, du même type, pour le thé cette fois : http://www.francetvinfo.fr/decouverte/le-the-le-plus-cher-du-monde-cultive-dans-la-crotte-de-panda_47063.html

    Quant à moi, je vais me mettre à manger du poivre en grain non moulu. Sait-on jamais. S'il y a des amateurs...

    RépondreSupprimer
  3. Ah ah ah, merci Nicolaï pour cette info insolite, j'en apprends de bien bonnes.
    Je trouvais déjà l’idée du café civette saugrenue, mais alors le thé dans la crotte de panda il fallait y penser. Pas sûr que je sois tenté..
    Et pour votre nouvelle reconversion en "aromatiseur de poivre en grain" j’espère que votre estomac survivra à l'expérience.
    Je laisse mon tour si vous voulez m'envoyer un échantillon :)
    lol, je blague.
    Sur ce, bon weekend et à très bientôt ;)

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    j'ai découvert votre blog depuis peu, et je me suis régalée à lire toutes vos archives ! Le contenu est très instructif, le ton plaisant, bref, je vous encourage à continuer dans cette voie !
    Vous citez de temps en temps "féminité du bois", le parfum que je porte depuis 1992. Envisagez-vous d'en faire une critique ? Je serai ravie d'avoir votre opinion et éventuellement de découvrir d'autres pistes parfumées lui ressemblant... si le cœur vous en dit !
    En tout cas, j'attends avec hâte votre prochaine publication !
    Nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nathalie,

      Merci pour votre gentil message. Je suis ravi de savoir que mes articles vous plaisent et vous apprennent des choses.

      Féminité du Bois, je connais bien ce parfum et je le trouve admirable.
      Un post un jour à son sujet, c’est une bonne idée.
      Pourquoi pas ?

      A bientôt.

      Supprimer
  5. Bonjour ! L'Air de tout se sépare d'une petite partie de sa collection de flacons : peut-être cela peut-il vous intéresser, ou vos lecteurs et lectrices ? Au cas où, je laisse le lien ci-dessous : http://lairdetout.blogspot.fr/2014/06/vente-de-flacons-rares.html

    A bientôt !
    Maowel

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Hi! I enjoyed reading your article.
    I have only one minute thing to add: I think that on the third paragraph, where you mentioned the bitter orange, its latin name would be Citrus aurantium instead of Citrus sinensis. That's all.

    RépondreSupprimer