mercredi 30 mai 2012

1000 de Jean Patou

Un parfum de femme à odeur de femme.

Il ne s’agit pas là du N°5 mais d’un autre joyau de la parfumerie française: "1000" de Jean Patou.
Joyau qui semble de plus en plus discret dans les rayons de parfumerie et qui pourtant aura la plus belle des histoires à vous raconter.

Nous sommes dans les années 70 et Jean Patou, déjà célèbre pour son parfum le plus cher du monde, Joy, s'aprête à en lancer un nouveau, toujours dans cet esprit de luxe absolu et de démesure.
Jean Kerléo est le parfumeur maison.
Nul ne sait s’il a fallu 1000 essais pour aboutir au parfum, si 1000 (ancien franc) est le prix de la formule ou alors si 1000 contient autant de matières premières...

Mystère.

Mais peu importe.

1000 est une vaste cathédrale, tout y est calme, ombré, les tissus sont amples et soyeux comme des fourrures et les moulures précieuses.
La construction du parfum est dense et charpentée.
1000 facettes se dévoilent peu à peu.
Une touche aromatique (un effet réglisse?) glissée parmi les éclats floraux d’un jasmin animal et d’une rose miellée, le boisé-moelleux des methyl-ionones soutenues par une note fruitée de pèche-abricot amplifiée par l’utilisation de l’absolu Osmanthus.
On devine alors, au loin, dans le cœur de la nef, la silhouette d’un grand chypre. 
Un vrai, un rétro et racé.
Le final est une promenade dans les sous-bois autour de la batisse avec la mousse de chêne, des muscs poudrés, un vétiver chic, un patchouly à large carrure et cette bonne vieille civette troublante et poilue.

C’est à vue de nez un parfum de dame (pas une cocotte en tailleur) mais une reine (une guerrière, pourquoi pas).

L’intérêt est de porter ce parfum dans un contexte qui ne lui ait pas destiné; là où on ne l’attend pas (à éviter un rendez-vous galant ou un entretien d’embauche), 1000 peut-être turbulent.
Ce parfum parle.
Son bouquet vous séduit, son patchouly vous hypnotise, sa civette vous chatouille et sa rose vous guimauve.

Une idée de sensualité en velours.
Il faut le porter à même la peau pour se souvenir qu’elle est bien notre seul vrai lien avec ce monde.

1000 est vraisemblablement un parfum rare d’une autre dimension, qui a peu d’équivalents (si ce n’est Mistouko-dans la catégorie chypre fruité (?).

Vaporiser-le sur le poignet pour une première approche.
Et votre conception du Parfum en sera modifiée.

Cette histoire, dont j’ai parlé plus haut, peut alors commencer.

"1000" fete ses 40 ans cette année; une raison de plus de l’enlacer tendrement et le couvrir de baisers.

mercredi 23 mai 2012

Je suis une fleur


Gontran: Tu portes quoi aujourd'hui?
Charlotte: Gucci.
Ah. Mais Gucci quoi ?
Je te demandais ton parfum parce que je trouvais que tu sentais bon, oui, sans doute ton shampoing ou ton déo (?).
Non non, mais pas du tout, c’est la nouvelle edt Glamourous Magnolia de la collection : Flora Garden Collection de GUCCI!
Humm, ça sent trop bon, pas vrai?
Tu veux dire que ce qui diffuse comme ça c’est ton parfum?
Oui, j’ai failli acheté toute la collection. C’est trop chic.
Soit.
Et, tu l’as payé combien ta merveille?
100€ les 100ml (bon d’accord ce n’est que de l’EDT).
Ben ma chérie, tu es tombée dans le panneau.
Si tu crois que Gucci ça rime avec « haute parfumerie » dans la lignée de Tom Ford ou encore de Lutens tu devrais réviser tes principes.
Et puis 100€ ca veut pas forcément dire que c’est meilleur et que ca contient des "belles matières premières".
Pour moi, tu sens Febreze « Fleur naissante ».
Au moins, tu ne gêneras pas tes voisins dans le métro.
Demain, essaye un peu Parfum de Peau de Montana et va faire un tour chez Frédéric Malle.
Gloops...

mardi 1 mai 2012

Premier Muguet

Donner du corps à l’immatériel.
Emprisonner l’esprit des clochettes dans un flacon et en faire un grand Parfum.
Ce fut le pari fou de 2 amoureux de fleurs et de parfum, Christian Dior et le créateur visionnaire Edmond Roudnitska.
Dans les années 50 les parfums étaient des oeuvres élitsites de grande valeur, composés par des virtuoses et connaisseurs avec des matières nobles et chères. « Je vous parle d'un temps que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître… ».
Les floraux étaient puissants et capiteux.
Les chypres étaient charpentés et enveloppés de fourrure et de mousses de chêne/ d’arbre outrageusement pas ifra mais tellement confortables. 
Les ambres sont animalisés et richement musqués (cancérigènes et mutagènes, mais tellement fixatifs et diffusifs).
Ces potions ensorcelées et captivantes allumaient le sillage des élégantes.
Pendant ce temps, dans ses labos de Cabris, Edmond Roudnitska étudie
tous les échantillons de nouvelles matières premières qu’il reçoit, les évalue, les envisage, les combine entre elles. De simples traces il en fait des overdoses. Et là où l'on pourrait penser au coup de bol on crie au génie. 
Il décompose un accord rosé simple et épuré qu’il verdit d’hexenol (odeur végétale d’herbe fraîche coupé) et d’esters à odeur de poire jeune et granuleuse.
Ensuite, il y greffe des notes abstraites et synthétiques d’Hydroxycitronellal (cette molécule de synthèse deviendra LA note Muguet), un flot d’ylang, de géranium, une overdose d’absolu jasmin richement indolé, de muscs nitrés en touche, des baumes et le tour est joué, l’illusion est parfaite.
Un virage à 180° s’opère alors. Nous sommes en 1955.
La fée clochette* est maintenant emprisonnée dans sa bulle de verre.

Diorissimo est un parfum d'impressioniste et très réaliste en même temps.
Il évoque la rosée, le printemps, les pétales fragiles et la brume matinale.
Parmi toutes les beautés olfactives signées Edmond Roudnitska, on peut en admirer 3 monuments : Femme de Rochas, Eau Sauvage et Diorissimo.

*Cette si jolie et innocente fée clochette a subi les outrages des législations et les principes de précautions visant à limiter les allergènes de sa formule, etc.
Elle en a perdu ses ailes.